Le système scolaire en Israel

Le système scolaire israélien est différent de celui que nous connaissons en France, et pour les parents soucieux d’une éducation juive pour leurs enfants et motivés par la perpétuation des valeurs, le choix de l’école revêtira une importance particulière.
Le système choisi doit être en harmonie avec le choix de vie adopté. Cependant le choix de l’école n’est pas une fin en soi ; investir temps et énergie pour son enfant est la clé de la réussite et de l’épanouissement de son enfant.

La loi sur l’enseignement gratuit et obligatoire stipule que les enfants ont l’obligation d’aller à l’école du gan jusqu’à la terminale.

Les écoles, se divisent pour le primaire, de aleph (CP) à vav (6ème), puis zein et ‘het (5ème-3ème) sont regroupées sous le terme ‘Hativat benaim, suivra le secondaire Ti’hon ou ‘Hativa elyona de tèt à youdbeth (3ème à terminale).

Voici en résumé les différents types d’enseignement en Israel:
L’enseignement public d’Etat laïc: primaire et secondaire jusqu’aux Bagrouyot (baccalauréat): Ecoles laïques « Mamla’hti » (école publique gouvernementale)

L’enseignement public religieux, primaire et secondaire jusqu’au Bagrouyot (baccalauréat):
• Ecole Mamla’hti dati : école publique avec enseignement religieux faible. Les classes sont généralement mixtes jusqu’en kita daled.
• Ecole Mamla’hti dati torani : école publique, distincte pour filles et garçons, avec enseignement religieux renforcé.

L’enseignement ‘haredi (Ecoles distinctes pour filles et garçons)
Primaire:
• ‘Heïder /Talmud Torah, du Gan jusqu’à kita ‘Het. Il faut y distinguer les établissements indépendants du Ministère de l’Education de ceux qui y sont en partie ou totalement affiliés. Les premiers ne sont pas tenus de suivre le programme officiel et n’y dispensent presque pas de ‘hol
Les seconds, en revanche, suivent en partie le programme officiel, c’est le cas des talmudé Torah affiliés au réseau ‘Hinou’h Atsmayi et de reshet Ha’hinou’h – Maayan Ha’hinou’h Hatorani-.
Enfin, il existe depuis quelques années des établissements dits mamla’hti ‘harédi (publics orthodoxes), qui, tout en préservant l’identité ‘harédite, aspirent à l’excellence dans les matières générales.

Secondaire:
• Yechiva ketana avec ou sans Mekhina (année préparatoire). Durée de la yeshiva ketana : 3 ans. Enseignement de Kodesh exclusivement, les élèves poursuivent en Yechiva Guedola.
L’enseignement ‘haredi classique n’aboutit pas à l’obtention des bagrouyot, cependant les élèves peuvent décider de passer le baccalauréat en candidat libre
« externi », à condition d’avoir rattraper le niveau académique, et ce, à l’aide de cours privés ou dans le cadre d’institutions de type mi’hlalot.
• Yechiva Ti’honit, 4 ans, avec ou sans Mekhina (années zein et ‘het): de tèt à youdbet. Ces établissements publics ‘Harédi préparent aux Bagrouyot.

Pour filles:
• Le Beit Yaacov : Enseignement général et kodech. Les jeunes filles y portent l’uniforme.
Yessodi (Kita Aleph à ‘Het: CP à 4ème)
Ti’hon (Kita Tèt à YoudBet : 3ème à terminale )
Les écoles affiliées Beit Yaakov appartiennent pour la plupart au réseau du ‘Hinoukh Atsmaï. Certains Beit Yaakov préparent aux bagrouyot, d’autres non. Ces derniers délivrent un diplôme appelé « ‘houtsim », diplôme qui valide l’apprentissage de toutes les matières enseignées.

Ces dernières années ont vu naître des écoles, qui, tout en offrant un environnement traditionnel de Beit Yaacov, proposent un enseignement qui se partage entre étude du Kodesh et études académiques aboutissant à des bagrouyot de haut niveau (jusqu’à 4 et 5 ye’hidot en anglais et mathématiques). Il s’offrira pour les jeunes filles qui en sont issues un large choix d’études supérieures dans des structures préservant leurs valeurs.

Dans les Beit Yaakov ne préparant pas au bac, des formations professionnelles après la terminale sont généralement proposées aux jeunes filles qui, à l’issue de 3 ans passé au « séminaire », obtiennent un diplôme «toar». Des équivalences aux diplômes académiques universitaires sont possibles par la suite avec certaines institutions, sous réserve de compléter, sur 2 ou 3 ans, les matières manquantes.

L’enseignement ‘hardal, abréviation de « ‘haredi et Dati Leumi », (écoles distinctes pour filles et garçons)
Ces écoles sont caractérisées par l’observance stricte de la Hala’ha. L’enseignement est axé sur l’Etude de la Torah et des mitzvot et suit le programme académique israélien. Les élèves poursuivent généralement une scolarité en Yeshiva Ti’honit -jusqu’au Baccalauréat – Bagrouyot -, avant d’intégrer, pour les garçons, la Yeshiva Guedola ou Yeshivat Hesder (armée), et pour les filles, des études académiques universitaires ou en Mi’hlala. Certaines opteront pour le Shirout Leumi pendant 1 ou 2 ans, ou pour une année de Midrasha, avant de débuter leurs études supérieures.

Les Ecoles « Torani »: ces écoles ont une vocation religieuse mais s’adressent à des familles non ‘harédiiot. Parmi les réseaux d’écoles Torani, on trouve le réseau Chouvou et les écoles Alé Beer.

L’école publique est gratuite tandis que l’école privée est payante. Il faut cependant noter que, bien certaines écoles soient affiliées au Ministère de l’Education ou à la Mairie, des frais mensuels sont à prévoir si l’école propose des journées dites « longues » : c’est le cas des écoles ‘hardal, de certains Beité Yaakov et des écoles primaires ou secondaires publiques Harédi.

Les horaires des écoles ‘harédite, ‘hardal et dati leumi
L’école commence à 8h ou 8h30 et généralement à 7h ou 7h30 pour les garçons à partir de kita Zein, puisqu’ils y font la prière du matin. Elle se termine pour les plus jeunes et pour les filles des Beit Yaakov classiques vers 13h.
Dans les écoles dont les journées d’études sont dites « longues », les cours se terminent entre 15h30 et 16h pour les plus jeunes, 17h et 18h pour les autres.
Les enfants n’ont pas de jour de repos pendant la semaine excepté le Shabbat. Ils vont en classe du dimanche au vendredi midi.

Les repas
Les enfants prennent un goûter vers 9h, après la prière, ou à 10h après le premier cours, et, ceux qui terminent vers 13h, déjeuneront de retour à la maison. Pour les autres, certaines écoles disposent d’un service traiteur payant « catering » et peuvent disposer d’un réfectoire ou d’une cantine, ou bien ils mangeront ce que les parents leur auront préparé (sandwich ou salade).

Les transports
Certaines écoles organisent ce qu’on appelle en hébreu des « assaot » (ramassage scolaire) qui viennent chercher les enfants chez eux le matin et qui les ramènent devant la porte de leur maison, ou à proximité. C’est un service payant mais efficace et sûr. Selon les écoles, le service est parfois organisé par le comité de parents d’élèves, ou encore par la mairie.

L’Oulpan et cours de soutien pour olim
Lire dans Liens utiles: l’oulpan des enfants

A lire, dossier spécial sur le système scolaire en Israel, publié dans LE MAG N°3, Septembre – Octobre 2015: Cliquez ici pour lire

Pour en savoir plus: www.ecoles-israel.org
Mise à jour: mars 2016